Amélioration et dépannage des performances de Backup Exec

Close X

Le présent document est une traduction d'un document en anglais qui peut avoir été effectuée entièrement par traduction automatique. Des mises à jour ont pu avoir été apportées à la version originale en anglais après la réalisation de cette traduction, c'est pourquoi il est possible que ces mises à jour n'apparaissent pas dans le présent document. Symantec ne garantit ni l'exactitude, ni l'exhaustivité de la présente traduction. Pour obtenir des informations plus récentes, vous pouvez vous référer à la version anglaise d'origine de cet article de la base de données.

Article:TECH49521  |  Créé le: 2010-01-26  |  Mis à jour: 2010-12-15  |  URL de l'article http://www.symantec.com/docs/TECH49521
Type d'article
Technical Solution

Produit(s)

Environnement

Problem



Amélioration et dépannage des performances de Backup Exec


Solution



Amélioration des performances :

Beaucoup de facteurs peuvent affecter le débit des sauvegardes et des restaurations. En voici une liste :

 

Matériel

          La vitesse du contrôleur de disque, les erreurs matérielles provoquées par le lecteur de disque, le lecteur de bande, le contrôleur de disque et le bus SCSI ou un câblage et une terminaison incorrects risquent de ralentir les performances. Assurez-vous que le débit du contrôleur est adapté au matériel du lecteur de bande et que les paramètres du Bios SCSI sont définis correctement. Les derniers modèles de contrôleurs SCSI sont configurés pour communiquer par défaut avec les disques durs SCSI. La plupart des lecteurs de bande sont conçus pour gérer un débit de transfert synchrone maximum (vitesse de bus) compris entre 3 et 22 Mbits par seconde en cas d'utilisation de la compression matérielle. Une vitesse supérieure risquerait non seulement d'avoir une incidence sur l'écriture des données sur bande dans un flux continu, mais aussi d'endommager le matériel. En outre, vérifiez les éléments suivants :

o la déconnexion est possible et le mode de négociation synchrone (Sync Negotiation) est défini sur NO (dans la plupart des cas) ;
o le mode de négociation étendu (Wide Negotiation) est défini sur YES lorsque le lecteur de bande est relié à un connecteur de câble SCSI Wide à 68 broches ;
o les lecteurs de bande ne sont pas reliés à un contrôleur Raid SCSI.
o
 

Système

          La capacité et la vitesse du serveur de supports chargé d'effectuer la sauvegarde ou du système distant en cours de sauvegarde ont un impact direct sur les performances. L'activité du système au cours de l'opération de la sauvegarde a également son importance. Les disques fragmentés prennent plus de temps à sauvegarder. Une fragmentation trop importante a non seulement un effet négatif sur le débit d'écriture des données sur bande, mais aussi sur les performances système générales. La sauvegarde des fichiers fragmentés est plus longue dans la mesure où chaque segment de données est placé à un endroit différent du disque, ce qui augmente sensiblement le temps d'accès aux données. Prenez soin de défragmenter régulièrement les disques durs.

Mémoire

          La quantité de mémoire disponible peut également nuire aux performances. Une mémoire insuffisante, des paramètres de fichier d'échange inappropriés et un espace libre insuffisant sur le disque dur risquent d'augmenter considérablement le nombre d'échanges et donc de diminuer les performances.

Types de fichiers

          Le taux de compression d'un fichier moyen est d'environ 2:1 en cas d'utilisation de la compression matérielle. Ce taux peut être inférieur ou supérieur en fonction du type des fichiers sauvegardés. Vous pouvez doubler la vitesse de sauvegarde en optant pour une compression moyenne. Si vous préférez effectuer la sauvegarde sans compression, la vitesse sera équivalente à celle du débit du lecteur de bande. Les images et les fichiers graphiques sont entièrement compressés sur les disques. Aucune compression matérielle n'a donc lieu au cours de la sauvegarde, ce qui signifie que le lecteur de bande opère au débit natif (sans compression). La compression matérielle est réalisée par le lecteur de bande et non par le logiciel de sauvegarde.

Compression

          Une compression réussie peut multiplier par deux le débit natif du lecteur de bande. Certains lecteurs de bande utilisent l'algorithme de compression Lempel Ziv (LZ1) en raison de sa plus grande polyvalence et de son efficacité. La vitesse de compression dépend de la nature des données. Les algorithmes de compression analysent les structures de données répétitives susceptibles d'être compactées.

          Les fichiers d'images provenant d'un programme graphique tel que Microsoft Paint, peuvent atteindre un taux de compression de 4.5:1 ou plus, alors que le taux de compression des fichiers binaires est rarement supérieur à 1.5:1. Vous pouvez augmenter la compression des données déjà compactées ou des données aléatoires (comme les données cryptées ou les fichiers MPEG) d'environ 5 % si vous essayez de les compresser à nouveau. Cela peut réduire le débit du lecteur.

Fichiers

 

Le nombre total de fichiers présents sur un disque et la taille relative de chaque fichier ont une incidence sur la vitesse des opérations de sauvegarde. Celles-ci seront plus rapides si le nombre de fichiers volumineux est réduit. Elles seront, en revanche, plus longues si le disque contient des milliers de petits fichiers. Il est plus rapide, en outre, de sauvegarder un grand nombre de fichiers lorsqu'ils figurent dans le même répertoire que de sauvegarder des fichiers à partir de multiples emplacements.

 

Taille du bloc

          Plus les blocs sont volumineux, meilleur est le taux de compression obtenu, ce qui a pour effet d'optimiser le débit du lecteur de bande et le taux de remplissage de la bande. Assurez-vous que la taille de bloc et de tampon est définie correctement. Les performances augmentent proportionnellement au taux de compression obtenu, dans la limite du débit maximal du lecteur. Symantec déconseille d'augmenter la taille de bloc au-delà des paramètres par défaut.

Réseau

          La vitesse de sauvegarde d'un disque distant est limitée par la vitesse de la connexion physique. La vitesse de sauvegarde des disques durs d'un serveur distant dépend des facteurs suivants :

o marque/modèle des cartes réseau ;
o configuration du mode/type de trame pour la carte ;
o équipement de connectivité (concentrateurs, commutateurs, routeurs, etc) ;
o paramètres Windows.
o La sauvegarde des disques durs locaux du serveur de supports est souvent plus rapide que la sauvegarde de serveurs distants sur un réseau.

         

        Il arrive souvent que la configuration réseau ralentisse les sauvegardes réseau.

        Des fonctionnalités telles que le "bidirectionnel simultané" et la "détection automatique" ne sont pas forcément prises totalement en charge dans chaque environnement. Définissez manuellement la vitesse à 100 Mbits et le duplex à la moitié/au bidirectionnel simultané pour le côté serveur. Identifiez le port Ethernet auquel le serveur est connecté sur le commutateur et définissez le paramètre SWITCH PORT à 100 Mbits et le duplex à la moitié/au bidirectionnel simultané. Procédez ainsi pour le port du commutateur du serveur de sauvegarde et pour tous les ports du commutateur pour les ordinateurs à sauvegarder.

        Remarque : Quand un hub est installé à la place d'un commutateur, le bidirectionnel simultané n’est pas forcément pris en charge. Reportez-vous à la documentation de l'Original Equipment Manufacturer (OEM) pour plus d’informations sur les fonctions du périphérique.

        Remarque : Les paramètres du commutateur et de la carte réseau doivent correspondre ; par exemple, si le port du commutateur est défini à 100 demi, la carte d'interface réseau pour le serveur devrait également être définie à 100 demi.

        Si une sauvegarde bidirectionnelle simultanée est plus lente que la sauvegarde bidirectionnelle à l’alternat, le bidirectionnel simultané n’est peut être pas pris en charge pour la combinaison carte d'interface réseau/pilote/commutateur. Contactez le fabricant de la carte d'interface réseau et du commutateur pour obtenir les pilotes mis à jour, les microprogrammes ou toute autre documentation de support.

        Il arrive aussi souvent que le pilote de la carte d'interface réseau soit en cause. Le pilote de la carte d'interface réseau peut être facilement remplacé par un Service Pack du système d'exploitation. Si un Service Pack a été appliqué et si le pilote a été remplacé, réinstallez le pilote Original Equipment Manufacturer (OEM).

Débogage

          Le débogage activé pour le dépannage peut également affecter les performances du système.
          Le débogage effectué par l'applet Services est temporaire. Par conséquent, le passage entre plusieurs services ou le redémarrage de l'ordinateur arrêtera le débogage. Le débogage configuré par le registre de Windows permet d’effectuer un débogage continu. Si vous laissez les services en mode débogage, les journaux s’accumuleront. C’est pourquoi il est recommandé d’arrêter le débogage des services lorsque le problème est résolu, de supprimer les anciens fichiers de débogage ou de configurer la compression des dossiers des journaux. N’oubliez pas ces conseils lorsque vous déterminez la méthode de débogage d’un système.
          Pour plus d'informations sur la manière de désactiver le débogage, consultez la section intitulée Documents connexes.

Base de données Backup Exec

          L’installation de la base de données Backup Exec (BEDB) sur une instance SQL existante qui est utilisée par d'autres applications peut également entraîner des problèmes de performances. Ceci s’applique tout particulièrement aux environnements de serveur d'administration central (CASO). D’autres applications peuvent provoquer des problèmes de ressources et utiliser toutes les ressources disponibles dans l'instance.

Dépannage des problèmes d’exécution :

Vous trouverez ci-dessous les étapes de dépannage possibles qui peuvent être effectuées pour améliorer les performances de Backup Exec :

Sauvegarde sur disque locale :

      1. Vérifiez les anciens journaux des tâches et notez la vitesse des travaux précédents ainsi que le temps global passé à effectuer ces sauvegardes. (Consultez l’onglet Moniteur des travaux dans Backup Exec et sélectionnez le journal des travaux dans la fenêtre Historique des travaux, en bas). Vérifiez le temps total qu’a mis le travail pour s’exécuter au lieu de vérifier le débit du nombre d’octets. Comparez ces informations avec celles des anciens journaux. Si la durée d’exécution du travail est beaucoup plus lente qu’avant ou si elle ne correspond pas à la vitesse attendue, poursuivez les étapes de dépannage.

      2. Si plusieurs lecteurs ou agents sont sauvegardés par un travail unique, alors divisez le travail en autant de travaux. Par exemple, si un travail sauvegarde les lecteurs C, D et E ainsi que l'agent Exchange, créez alors 4 travaux séparés : un pour C, un pour D, un pour E et un pour Exchange. Pour ce faire, cliquez sur le bouton Sauvegarder et sélectionnez le lecteur C$, programmez le travail et cliquez sur Transmettre. Suivez cette procédure pour chacun des lecteurs et des agents. Ceci permet d’identifier la zone problématique plus facilement. Si la vitesse d’exécution n’est lente que pour un travail particulier, continuez à le dépanner.

      3. Créez une sauvegarde semblable dans NTBackup (Windows Backup) et exécutez une sauvegarde sur disque (en supposant que le travail effectué s'applique à des fichiers, non pas à des bases de données Exchange, SQL ou autre). Pour démarrer NTBackup cliquez sur Démarrer | Exécuter et tapez ntbackup. Comparez les travaux. Si des agents de base de données Exchange, SQL ou autres sont sauvegardés dans Backup Exec, créez un travail de sauvegarde sur disque dans Backup Exec qui sauvegarde 1 Go de données à l'emplacement de l’agent. Procédez ensuite de même avec NTBackup. Il est possible de sauvegarder Exchange avec ntbackup s'il est installé localement et de comparer les performances. Ceci permet de mieux identifier la cause du problème, à savoir si Backup Exec entraîne des problèmes de performances ou si d’autres facteurs d’environnement sont en cause.


Sauvegarde sur bande locale :


      1. Vérifiez les anciens journaux des tâches et notez la vitesse des travaux précédents ainsi que le temps global passé à effectuer ces sauvegardes. (Consultez l’onglet Moniteur des travaux dans Backup Exec et sélectionnez le journal des travaux dans la fenêtre Historique des travaux, en bas). Vérifiez le temps total qu’a mis le travail pour s’exécuter au lieu de vérifier le débit du nombre d’octets. Comparez ces informations avec celles des anciens journaux. Si la durée d’exécution du travail est beaucoup plus lente qu’avant ou si elle ne correspond pas à la vitesse attendue, poursuivez les étapes de dépannage.

      2 Séquence de démarrage du serveur et du lecteur de bande/de la bibliothèque :
      Commencez par éteindre le serveur de sauvegarde, puis le lecteur de bande ou la bibliothèque (le cas échéant). Attendez deux ou trois secondes, puis mettez sous tension le lecteur de bande ou la bibliothèque. Attendez que le matériel soit prêt. Mettez alors le serveur sous tension. Réexécutez le travail de sauvegarde et vérifiez la vitesse.

      3. La vitesse du contrôleur de disque, les erreurs matérielles provoquées par le lecteur de disque, le lecteur de bande, le contrôleur de disque et le bus SCSI ou un câblage et une terminaison incorrects risquent de ralentir les performances. Vérifiez que le débit du contrôleur est adapté au matériel du lecteur de bande et que les paramètres du Bios SCSI sont définis correctement. Les derniers modèles de contrôleurs SCSI sont configurés pour communiquer par défaut avec les disques durs SCSI. La plupart des lecteurs de bande sont conçus pour gérer un débit de transfert synchrone maximum (vitesse de bus) compris entre 3 et 22 Mbits par seconde en cas d'utilisation de la compression matérielle. Une vitesse supérieure risquerait non seulement d'avoir une incidence sur l'écriture des données sur bande dans un flux continu, mais aussi d'endommager le matériel. Vérifiez en outre que :
              • la déconnexion est possible et le mode de négociation synchrone (Sync Negotiation) est défini sur NO (dans la plupart des cas) ;
              • le mode de négociation étendu (Wide Negotiation) est défini sur YES lorsque le lecteur de bande est relié à un connecteur de câble SCSI Wide à 68 broches ;
              • les lecteurs de bande ne sont pas reliés à un contrôleur Raid SCSI.

      4. Si plusieurs lecteurs ou agents sont sauvegardés par un travail unique, alors divisez le travail en autant de travaux. Par exemple, si un travail sauvegarde les lecteurs C, D et E ainsi que l'agent Exchange, créez alors 4 travaux séparés : un pour C, un pour D, un pour E et un pour Exchange. Ceci permet d’identifier la zone problématique plus facilement. Si la vitesse d’exécution n’est lente que pour un travail particulier, continuez à le dépanner.

       

      5. Ouvrez NTBackup (Windows Backup) et exécutez un travail de sauvegarde du lecteur ou de l’agent en question (Pour démarrer NTBackup sélectionnez Démarrer | Exécuter et tapez ntbackup). Utilisez le lecteur de bande pour la sauvegarde en cliquant sur l'onglet Sauvegarder et en le sélectionnant dans la zone de texte déroulante sous le champ Destination de sauvegarde. Si vous ne trouvez pas le lecteur, désinstallez les pilotes Symantec et installez les pilotes OEM pour ce lecteur. Vous devrez redémarrer le matériel plusieurs fois. Il est préférable de sauvegarder complètement le lecteur ou l'agent ou de sauvegarder entre 500 Mo et 1 Go de données. Remarque : certaines zones du lecteur peuvent être à l’origine du problème, par exemple si le lecteur contient des secteurs corrompus ou des millions de petits fichiers. Vérifiez le journal et comparez la vitesse avec celle du journal de Backup Exec. Ceci permet de déterminer la cause du problème, à savoir si le serveur distant provoque le problème ou si Backup Exec en est la cause.

       

      6. Une compression réussie peut multiplier par deux le débit natif du lecteur de bande. Certains lecteurs de bande utilisent l'algorithme de compression Lempel Ziv (LZ1) en raison de sa plus grande polyvalence et de son efficacité. La vitesse de compression dépend de la nature des données. Les algorithmes de compression analysent les structures de données répétitives susceptibles d'être compactées.

      Les fichiers d'images provenant d'un programme graphique tel que Microsoft Paint, peuvent atteindre un taux de compression de 4.5:1 ou plus, alors que le taux de compression des fichiers binaires est rarement supérieur à 1.5:1. Vous pouvez augmenter la compression des données déjà compactées ou des données aléatoires (comme les données cryptées ou les fichiers MPEG) d'environ 5 % si vous essayez de les compresser à nouveau. Cela peut réduire le débit du lecteur. Si la compression matérielle ne fonctionne pas comme prévu, passez alors à la compression logicielle ou vice versa (pour ce faire, modifiez les propriétés du travail de sauvegarde en cliquant sur Général sous Paramètres puis en sélectionnant un autre type de compression dans la liste Type de compression).

Sauvegarde sur disque distante :

      1. Vérifiez les anciens journaux des tâches et notez la vitesse des travaux précédents ainsi que le temps global passé à effectuer ces sauvegardes. (Consultez l’onglet Moniteur des travaux dans Backup Exec et sélectionnez le journal des travaux dans la fenêtre Historique des travaux, en bas). Vérifiez le temps total qu’a mis le travail pour s’exécuter au lieu de vérifier le débit du nombre d’octets. Comparez ces informations avec celles des anciens journaux. Si la durée d’exécution du travail est beaucoup plus lente qu’avant ou si elle ne correspond pas à la vitesse attendue, poursuivez les étapes de dépannage.

       

      2. Si plusieurs lecteurs ou agents sont sauvegardés par un travail unique, divisez le travail en autant de travaux. Par exemple, si un travail sauvegarde les lecteurs C, D et E ainsi que l'agent Exchange, créez alors 4 travaux séparés : un pour C, un pour D, un pour E et un pour Exchange. Pour ce faire, cliquez sur le bouton Sauvegarder et sélectionnez le lecteur C$, programmez le travail et cliquez sur Transmettre. Suivez cette procédure pour chacun des lecteurs et des agents. Ceci permet d’identifier la zone problématique plus facilement. Si la vitesse d’exécution n’est lente que pour un travail particulier, continuez à le dépanner.

       

      3. Copiez 500 Mo ou 1 Go de données du serveur de sauvegarde au serveur distant en question et notez le temps requis pour terminer l'opération de copie (pour ce faire, créez une convention d’affectation de nom – UNC, Universal Naming Convention – sur un autre serveur en sélectionnant Démarrer | Exécuter, en tapant <\\nomserveur\c$> puis en copiant les données lorsque le lecteur s’affiche). Suivez les mêmes étapes et copiez maintenant les données du serveur distant sur le serveur de sauvegarde et notez le temps écoulé. Notez ces deux chiffres et divisez la quantité de données sauvegardées par le temps écoulé pour obtenir la vitesse en Mbits/min. Comparez ce résultat au précédent. S’il n’y a pas de différence, concentrez vos efforts sur Backup Exec ou ce serveur. Cela signifie que le réseau n’est pas en cause. Si les vitesses sont inférieures sur le réseau ou si l'opération de copie prend plus longtemps dans un sens que dans l’autre, cela signifie que le problème vient du réseau ou du disque d'E/S. Vérifiez les paramètres du réseau ou exécutez des contrôles de performance sur les disques durs.

       

      4. Effectuez l’opération suivante uniquement si les étapes au point 3 ont été effectuées et si aucun problème réseau n'a été détecté.

      Essayez de sauvegarder le serveur distant avec NTBackup (Windows Backup). Sélectionnez Démarrer | Exécuter et tapez ntbackup. Si le serveur distant ne s’affiche pas dans NTBackup, créez un lecteur mappé sur le lecteur du serveur (en supposant que la lenteur du processus n’est pas due à la sauvegarde d’un agent tel que Exchange ou SQL) et réessayez. Effectuez les étapes semblables et sauvegardez entre 500 Mo et 1 Go de données. Vérifiez le journal et comparez-le aux journaux Backup Exec. Ceci permet d’identifier le problème et indique tout problème avec le serveur ou avec Backup Exec. Si les sauvegardes distantes ne fonctionnent pas avec NTBackup, ouvrez NTBackup localement sur le serveur distant et exécutez-le depuis cet emplacement (effectuez une sauvegarde d'un lecteur à un autre sur ce serveur).

Sauvegarde sur bande distante

 

Tous les points mentionnés à la section Sauvegarde sur bande locale s'appliquent ici. Reportez-vous en outre aux points suivants :

1. Copiez 500 Mo ou 1 Go de données du serveur de sauvegarde au serveur distant en question et notez le temps requis pour terminer l'opération de copie (pour ce faire, créez une convention d’affectation de nom – UNC, Universal Naming Convention – sur un autre serveur en sélectionnant Démarrer | Exécuter, en tapant <\\nomserveur\c$> puis en copiant les données lorsque le lecteur s’affiche). Suivez les mêmes étapes et copiez maintenant les données du serveur distant sur le serveur de sauvegarde et notez le temps écoulé. Notez ces deux chiffres et divisez la quantité de données sauvegardées par le temps écoulé pour obtenir la vitesse en Mbits/min. Comparez ce résultat au précédent. S’il n’y a pas de différence, concentrez vos efforts sur Backup Exec ou ce serveur. Cela signifie que le réseau n’est pas en cause. Si les vitesses sont inférieures sur le réseau ou si l'opération de copie prend plus longtemps dans un sens que dans l’autre, cela signifie que le problème vient du réseau ou du disque d'E/S. Vérifiez les paramètres du réseau ou exécutez des contrôles de performance sur les disques durs.

2. Effectuez l’opération suivante uniquement si les étapes au point 1 de cette section ont été effectuées et si aucun problème réseau n'a été détecté.
Essayez de sauvegarder le serveur distant avec NTBackup. Sélectionnez Démarrer | Exécuter et tapez ntbackup. Si le serveur distant ne s’affiche pas dans NTBackup, créez un lecteur mappé sur le lecteur du serveur (en supposant que la lenteur du processus n’est pas due à la sauvegarde d’un agent tel que Exchange ou SQL) et réessayez. Effectuez les étapes semblables et sauvegardez entre 500 Mo et 1 Go de données. Vérifiez le journal et comparez-le aux journaux Backup Exec. Ceci permet d’identifier le problème et indique tout problème avec le serveur ou avec Backup Exec.

Remarque : Si les sauvegardes distantes ne fonctionnent pas avec NTBackup, ouvrez NTBackup localement sur le serveur distant et exécutez-le depuis cet emplacement (effectuez une sauvegarde d'un lecteur à un autre sur ce serveur). Ceci implique également que l'utilisateur doit exécuter un travail de sauvegarde sur disque consistant des mêmes données par l’intermédiaire de Backup Exec de sorte qu'une comparaison appropriée puisse être effectuée. Cependant, dans la plupart des cas, les travaux de sauvegarde sur disque seront plus rapides que les travaux de sauvegarde sur bande.


References
"How to resolve hardware communication/detection issues with Backup Exec." (En Anglais) at:

http://support.veritas.com/docs/237047

"How to correct slow backup performance, slow virus or pre-job scans, and agent initialization problems on fragmented Windows 2000 and Windows 2003 Server Hard Disk Partitions." (En Anglais) at:
http://support.veritas.com/docs/237444

"How to enable or disable 'debug logging' in Backup Exec for Windows Servers." (En Anglais) at:
http://support.veritas.com/docs/254212

"How to Enable Debug Logs using BEUtility feature of Backup Exec 10.x and 11.d for Windows Servers." (En Anglais) at:
http://support.veritas.com/docs/275639



Legacy ID



20080602151804975


URL de l'article http://www.symantec.com/docs/TECH49521


Les conditions d'utilisation de cette information se trouvent dans Mentions légales